Une vie indécente, inhumaine et…primitive

 
Au hit-parade de la précarité et la décadence échevelée de la condition sociale, l’on peut, à titre indicatif, citer le cas des douars Bouhlim, El Baraouk, Gaâ El Kaf, Karkaba et Bouliane, quoi qu’il en existe des dizaines d’autres.La preuve est que les habitants de ces bourgades se chauffent, de nos jours, à l’aide de branchages et de bouse de vache qu’ils sèchent et stockent durant l’été, à l’abri de la pluie pour pouvoir affronter l’hiver.
                                                                                              El Watan du dimanche 4 janvier 2009
 
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :