Le barrage Beni Haroune

Relevant de la commune de Grarem Gouga (w. de Mila), le barrage Beni Haroune est considéré comme l’un des plus grands projets réalisés à ce jour sur le plan national. Cet énorme édifice, situé au cœur d’un grand complexe hydraulique est conçu en BCR (Béton compact roulé ) selon une nouvelle technique de réalisation des barrages (créée en 1980). Sur le plan technique, il atteint les 120 m de hauteur à partir de la fondation, une longueur de 710 m en crête, avec capacité de retenue normale de 960 millions de m3 l’an. Son bassin versant est estimé à 7 725 Km2, et sera d’un apport annuel moyen d’environ 730m3/an avec un volume régularisé de 435 millions de m3/an. Ce site stratégique, dont le coût avoisine les 3 milliards de dollars, est un atout maître pour le Constantinois et les Aurès, dans la mesure où les infrastructures complémentaires programmées, dans une perspective trentenaire, prolongeront ses tentacules vers les wilayas de Mila, Constantine, Jijel, Oum El Bouaghi, Batna et Khenchela, appelant ainsi d’autres projets. Dans ce contexte, nous citerons la station de pompage de Beni Haroune qui constitue le premier maillon du transfert de Beni Haroune vers les autres régions. Cette station est l’une des plus grandes au monde.. En second lieu, le barrage de Bled Youcef (Oued El Athmania), la conduite sur une longueur de l2 km reliant la station de pompage et le barrage à partir de la station de Aïn Tine, ainsi qu’un tunnel de 6 km de long traversant Djebel Lakhal (Aïn Tine). Le niveau actuel atteint les 260 millions de m3, ce qui permettra la mise en marche de la station de pompage, dès son achèvement, et qui peut être utilisée à partir d’un seuil de 172 millions de m3. Par ailleurs, les fuites constatées s’explique en grande partie par la pression des eaux qui a atteint 160 millions de m3 en amont, ce qui a eu un impact sur les eaux profondes et la base du barrage.  A cet effet, il a été fait appel à une société italienne qui a déjà entamé les travaux depuis sept mois. Mise en service du réseau d’AEP .La station de Aïn Tine, en voie de réalisation par une société chinoise, assurera dans une première étape une capacité de traitement de 64 500 m3/jour, pour enfin atteindre les 86 000m3/jour, au cours de la seconde étape.L’approvisionnement de la wilaya de Constantine à partir du barrage annexe situé à Sidi Khelifaet qui est en cours de réalisation. Quant à l’ouverture de la pêche, elle se fera au moment opportun, d’après les responsables et d’une manière organisée avec l’encadrement des associations. En outre, la prévention portera également sur l’implantation prochaine d’arbres, tout au long des deux rives du barrage, délimitant ainsi un périmètre sécuritaire, sur une longueur de 25 km.
                                                                                                 17-06-2005 Chérif Abdedaïm
 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :